Les panneaux solaires chinois devant la justice de Bruxelles

Après les Etats-Unis, l’Europe enquête sur le dumping que pratiqueraient certaines sociétés chinoises spécialisées dans le solaire…

La Commission européenne vient d’annoncer l’ouverture d’une enquête antidumping visant les fabricants chinois de panneaux solaires. Bruxelles précise que cette action concerne « les panneaux et leurs principaux composants » et qu’elle devrait durer durant une quinzaine de mois. La décision européenne tombera donc au plus tard, le 5 décembre 2013. Des mesures de « défense commerciale » pourront toutefois être prises avant cette date si des preuves rédhibitoires apparaissent pendant les investigations.

La Commission réagit ainsi au dépôt d’une plainte en juillet 2012 du groupement d’entreprises européennes fédérées sous l’égide de « EU ProSun ». Ces industriels accusent l’Empire du milieu de dumping. Les fabricants européens reprochent notamment à Pékin de subventionner ses entreprises pour les aider à exporter à bas coût tout en prenant des mesures protectionnistes. Les sociétés chinoises pourraient ainsi vendre leurs modules à des prix largement inférieurs aux coûts de production : la coalition « Euro ProSun » parle d’une marge de dumping allant de 60 à 80%.

En 2011, on estime que Pékin a exporté l’équivalent de 21 milliards d’euros de panneaux solaires et de composants en Europe alors que selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), les sept principaux fabricants mondiaux de modules photovoltaïques (Suntech, Yingli….) battent pavillon chinois. Par ailleurs, sous l’effet de cette concurrence de nombreuses sociétés européennes sont en difficultés. Longtemps leader du secteur, l’Allemand Q-Cells est notamment passé sous dominante coréenne il y a quelques mois.

Pour y voir clair, Bruxelles va expédier un questionnaire aux parties concernées (industriels chinois, européens, etc.) afin de dresser un constat d’ensemble. Si la plainte déposée par les fabricants du vieux continent est fondée, la Commission pourrait imposer des mesures restrictives d’une durée de 5 ans aux sociétés chinoises.

Pour leur part, en mai dernier, les Etats-Unis ont relevé leurs droits de douane sur les panneaux solaires chinois de 31% à 250% !

Ce contenu a été publié dans Energies renouvelables. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *