Infos pratiques sur le marché de l'énergie

L’avenir de la géothermie en France

Pour profiter de l’électricité géothermique d’ici à 10ans, l’offre française se veut plus compétitive. L’ADEME en collaboration avec Capgemini Consulting, a réuni tous les acteurs français de l’énergie renouvelable pour améliorer l’offre française et être compétitive sur le marché d’ici à 2023.

ADEME

La production de l’électricité géothermique se développe de plus en plus et va doubler dans les dix prochaines années. Ce sont les résultats issus d’une étude menée par l’agence de l’environnement et de la maitrise de l’énergie (ADEME) en collaboration avec les professionnels de la filière géothermie et Capgemini Consulting. Cette étude permet de comprendre l’évolution de la production de l’énergie géothermique en France. Elle met également en évidence les points importants à revoir pour mettre l’offre de la France au top au niveau des marchés étrangers.

Vers une croissance à l’international

Malgré ses compétences en ingénierie, en exploitation et maintenance d’équipements, la France doit élaborer un plan opérationnel plus compétitif et améliorer son offre pour être le leader au niveau des marchés internationaux. Les acteurs de la filière française d’électricité géothermique comme GDF Suez, Electricité de Strasbourg, CFG Services, TERANOV, BNP, CRYOSTAR, la direction générale du Trésor, AFPG… ont accepté volontiers d’enclencher les réflexions avec l’ADEME. Ils réfléchissent à l’élaboration de ce plan opérationnel sur les thèmes tels que la sous-traitance de projets internationaux, les offres packagées, la mobilisation des financements pour l’export et fonds de couverture de risque, l’avant-vente ou encore la dynamique du cluster français.

La France, leader de la production géothermique avec son savoir-faire, doit maintenant viser les marchés étrangers. Elle occupe une place importante dans les six niveaux de maturité dont les caractéristiques se basent sur le potentiel géothermique, le cadre de régulation, le niveau d’exploitation et le rôle à l’international.

Selon l’étude de l’ADEME, les industriels français peuvent devenir des exportateurs. Mais avant il faut faire quelques réglages pour la mutualisation des risques exploratoires. Il faut aussi pouvoir répondre à des offres complètes.

Les estimations en 2023 prévoient une multiplication du marché mondial par 2,3 avec une vingtaine de projets installés annuellement. Il est prévu un fort développement en Afrique. Une zone dans laquelle la France peut confier le rôle d’ensembliers-développeurs à des groupes de construction. Les autres continents (Asie/Pacifique, Amérique Centrale/Caraibes et Amérique du Sud, Amérique du Nord et Europe) connaitront aussi un développement. Mais déjà la France est présente en Indonésie, au Chili ou au Mexique.

Leave a reply

Required

Required, hidden

XHTML Tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Trackback this post  |  Subscribe to the comments