Energies renouvelables et stockage d’énergie

La prise de conscience mondiale sur la transition énergétique met les énergies renouvelables en avant. Excellente chose s’inscrivant dans des règles communes de respect de la planète.

Cette transition impose une production toujours plus croissante de ces énergies. Les objectifs sont de multiplier par cinq la part du solaire et de l’éolien d’ici 2040.
Mais malgré leur caractère inépuisable de ces énergies, il reste un obstacle à leur exploitation :
le stockage.

Energies Renouvelables oui, mais irrégulières

Assurer cette production d’énergie est une chose. Mais la demande n’est pas constante, et cette production ne s’écoule pas comme un long fleuve tranquille.
Il faut distribuer cette énergie chez les clients, qui eux aussi, ne sont répartis géographiquement selon les zones de vie, et d’autres paramètres.
Climat, saisonnalité, industrie, économie….Cela soulève remet le mode de stockage et son coût au centre du problème. Assurés aujourd’hui par des centrales thermiques, les différentes options de stockage sont évaluées pour faire les choix qui assureront la transition.

Les solutions de stockage à terme

A l’heure actuelle, les solutions envisagées vont des batteries géantes, au power-to-gaz (conversion en hydrogène), aux condensateurs, et les blocs de béton. L’incertitude de ces solutions, les coûts, la variété des zones soulèvent un manque de visibilité qui ralentit les actions. L’échelle des besoins pose un enjeu de taille où l’erreur n’est pas possible. On sait maintenant que l’objectif est de mixer les solutions de stockage en fonction de la demande. Connaître le besoin, recenser les ressources, pour ensuite déployer l’écosystème.

L’autre solution : la STEP

Il existe une autre solution. Plus économique, mieux connue car historique : la STEP ou Station de Transfert d’Energie par Pompage. Ce procédé consiste à stocker de l’eau dans deux bassins proches l’un de l’autre, avec un dénivelé important entre eux. Cela permet le stockage d’énergie en période creuse, et la production rapide en période pleine par relâchement d’eau qui alimente une turbine.
Ce procédé est bien moins coûteux que tous les autres, et surtout complètement propre en exploitation.

6 STEP exploitées par EDF

En France, le développement des STEP est apparu en 1980. Elles pèsent 18% de la puissance hydroélectrique annuelle française.
Une solution qui s’exporte. Dubaï et Israël : deux contrats sous la main à l’étranger mais aucun nouveau projet en France. La mise en concurrence de l’exploitation européenne depuis 2010 ralentit le rythme des projets : les concessions sont un frein à l’investissement.

Alors oui on peut toujours oublier et regretter le passé; mais on n’évite pas l’avenir !
L’électricité verte c’est bien; mais la stocker proprement est encore mieux. C’est le pas de plus vers l’indépendance énergétique…

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *