Augmentation des prix du gaz en janvier 2013

Une nouvelle augmentation de 2,4% du gaz GDF Suez vient d’être décidée pour le 1er janvier 2013. Cette hausse n’est pas réjouissante en ce début d’hiver. Quant aux tarifs sociaux, davantage de ménages devraient pouvoir en bénéficier dans le cadre de la lutte contre la précarité énergétique. Par ailleurs le calcul du prix applicable ne sera plus trimestriel mais mensuel. Faisons le point de ces hausses successives.

L’historique récent des hausses de gaz GDF Suez

En moyenne sur les huit dernières années, le prix du gaz GDF Suez, dit réglementé, a augmenté d’environ 9% par an. Sur 2012, trois augmentations ont été appliquées : 4.4% en janvier, 2% en juillet et 2% en octobre. Certains considèrent que cela suffit, et que le seuil d’acceptation sociale est maintenant dépassé.

Les motivations de la nouvelle hausse

En octobre, la hausse faisait suite à une décision du Conseil d’Etat. Celui-ci donnait raison à GDF qui réclamait la simple hausse liée à une méthode de calcul approuvée par l’Etat. Cet arrêt du Conseil d’Etat autorise GDF à augmenter plus fortement ses tarifs. Sur le principe, GDF aurait pu augmenter de 4% ses tarifs au 1er janvier 2013.

Mais le gouvernement actuel a exigé une hausse plus modérée et limitée à 2.4%, demandant à GDF Suez de renégocier ses achats de gaz. En contrepartie, le gouvernement compte changer la méthode de calcul.

Une nouvelle méthode de calcul du prix du gaz

Jusqu’à présent le prix du gaz est lié essentiellement au prix des produits pétroliers. Le gouvernement modifie la méthode en portant le calcul davantage sur les prix spot du gaz (prix de livraison immédiate). Ceux-ci sont actuellement bas, ce qui permet une augmentation en janvier moins forte que prévue. Par contre le spot gaz est plus volatil, donc les fluctuations seront certainement plus importantes.

De plus le nouveau calcul sera mensuel au lieu d’être trimestriel. Ceci entraîne un meilleur lissage des prix et des augmentations plus discrètes, donc plus acceptables politiquement. Quant aux concurrents, ils soulignent que le calcul mensuel générera aussi un surcoût de gestion.

Au final, le consommateur sera-t-il gagnant ? Même si l’Etat veut garder la main sur le prix des énergies et accompagner la précarité énergétique, saura-t-il dans le temps mieux tempérer les futures augmentations ? Rendez-vous fin 2013 pour le savoir !

Ce contenu a été publié dans Gaz. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *