Le moment de quitter GDF-Suez ?

Avant juillet 2007, date à laquelle les marchés du gaz et de l’électricité se sont ouverts à la concurrence, la fluctuation des prix de l’énergie ne mettait pas tant les consommateurs dans l’embarras. En effet, si une baisse de sa facture énergétique fait toujours plaisir, des prix plus bas pratiqués ailleurs donnent envie de quitter son fournisseur pour aller là où ça coûte moins cher. C’est ce qu’il se passe actuellement puisque le prix du gaz sur le marché libre est inférieur à celui pratiqué par GDF-Suez.

Le tarif régulé et le tarif concurrentiel

Depuis 2004, les gros consommateurs d’énergie comme les industries ou les collectivités peuvent choisir leur fournisseur d’énergie. Ils cherchent donc le fournisseur proposant le prix le plus bas en lançant des appels d’offre. On peut citer l’intercommunale Sigeif qui est en charge de la distribution publique du gaz dans 184 communes d’Île-de-France. Sigeif, qui signe des contrats de 2 ans avec son fournisseur (un concurrent de GDF-Suez) a ainsi réalisé 40% d’économies sur sa facture par rapport à sa facture précédente et pense bénéficier de prix encore plus bas pour son prochain contrat.

Les petits consommateurs, eux, ne sont libres de choisir leur fournisseur que depuis juillet 2007.
Une partie de la clientèle de GDF-Suez est donc partie chez des concurrents et paie son énergie à un prix librement négocié. C’est ce qu’on appelle le tarif concurrentiel.
Beaucoup de personnes sont restées chez GDF-Suez qui applique un tarif régulé. Ce tarif est calculé après concertation entre GDF-Suez qui est l’importateur de gaz et le producteur d’électricité, le gouvernement et la Commission de Régulation de l’Energie.

Actuellement (ce qui n’a pas toujours été le cas) un client qui quitte GDF-Suez pour un fournisseur concurrent peut revenir vers GDF-Suez sans problème. Ceci est possible grâce au principe de réversibilité entré en vigueur le 1er juillet 2010.

Le prix du gaz

Entre avril 2010 et janvier 2012, le prix du gaz a grimpé de 31,4% et selon le directeur de GDF-Suez, ce n’est pas fini. Cette prévision se base sur la perspective de la demande croissante de gaz par des pays émergents comme la Chine et l’Inde.

Mais, grâce aux nouvelles techniques de forage, les Américains exploitent depuis peu des gisements de gaz naturel provenant de schiste bitumeux et fournissent un tiers des besoins de l’Amérique du Nord. D’ici peu, l’exportation serait même possible.

Cette nouvelle source, quoique controvorsée (voir l’article Les dangers du gaz de schiste) a pour conséquence de diminuer fortement la demande du gaz russe sur le marché mondial et provoque une baisse de son prix.
Pour niveler le marché français, le calcul du tarif régulé tient désormais compte du prix du marché mais seulement dans une proportion de 10% alors que GDF-Suez aurait une marge d’indexation de 25%.

De ce fait, le prix du gaz proposé sur le marché libre est plus bas que celui du tarif régulé.
Il est donc intéressant de changer, temporairement peut-être grâce au principe de réversibilité, pour un fournisseur proposant un contrat avec un prix du gaz stable.

Ce contenu a été publié dans Gaz. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *