Quel avenir pour la loi NOME ?

Le candidat à l’élection présidentielle François Hollande a récemment affirmé qu’il souhaitait suspendre la loi NOME. La loi NOME traite de la nouvelle organisation de l’électricité. Elle a été adoptée en décembre 2010 dans le cadre de l’ouverture du marché de l’énergie pour que EDF revende un quart de la production de son électricité à ses concurrents.

Ces derniers achètent à l’heure actuelle l’énergie au prix de 42 € le mégawatt/heure et sont ensuite libres de fixer leurs tarifs. Tous ces mouvements financiers de l’énergie ont pour conséquence la montée en flèche du montant de la facture que l’usager doit payer.

C’est pourquoi François Hollande propose de revoir cette loi : il ne voit pas en quoi les Français sont concernés par les spéculations du marché de l’électricité. Car depuis son adoption depuis maintenant deux ans, les tarifs de l’électricité se sont envolés, et avec eux le nombre de familles privées de chauffage faute de pouvoir régler leurs factures. Une nouvelle augmentation risque d’être considérable et d’avoir des répercussions sur un grand nombre de foyers. Ce qui finirait par faire passer l’électricité du statut de bien nécessaire au statut de produit de luxe.

Faut-il y voir une nouvelle mutation du marché de l’électricité ou bien une simple promesse de campagne ? L’avenir nous le dira peut-être…

Ce contenu a été publié dans Electricité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *