Projet de loi énergie : nouveau rebondissement

Le 4 février dernier, le projet de loi énergie a été adressé au Conseil économique, social et environnemental (CESE). Il contient cependant une petite modification qui pourra avoir des conséquences très lourde : en effet le gouvernement s’apprête, via ce projet de loi, à supprimer un des objectifs majeurs de la politique énergétique et climatique de la France : la réduction par quatre des émissions de gaz à effet de serre du pays d’ici à 2050. Un objectif pourtant inscrit dans la loi au début des années 2000. 
En plus de revoir a la baisse l’objectifs d’économies d’énergie, d’autre aspect de ce projet de loi ont été revu tel que le report a 2035 de la réduction de la part du nucléaire dans la production d’électricité, et également celui de la neutralité carbone qui sera reporté en 2050.

REACTION DES DEFENSEURS DE LA NATURE

Ce texte a suscité une vague de réactions négatives. L’ONG Greenpeace France a ainsi jugé que la «neutralité carbone» est «un objectif trop vague et trop éloigné qui ouvre grand la porte aux fausses solutions, comme les agrocarburants ou les procédés industriels de stockage du carbone». De son côté, l’expert en énergie Yves Marignac déplore l’abandon souhaité du « facteur 4». «La neutralité carbone sans objectif chiffré de réduction laisse la porte ouverte à moins de réduction et plus de “compensation”. La loi devrait donc, en plus de l’objectif zéro net, maintenir un objectif renforcé de réduction des émissions brutes: division par 8 ou plus…», écrit-il sur Twitter.

Ce contenu a été publié dans Electricité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *