La France, mauvaise élève de la consommation d’électricité

Depuis trente-cinq ans, la consommation mondiale d’électricité a triplé. Mais, pour autant, cette tendance ne s’observe pas dans tous les pays. Dans les pays développés, en effet, la quantité d’électricité utilisée est en régression depuis 2008. Dans les pays émergents, à l’inverse, elle est en très forte augmentation : multipliée par quatre en Chine, et par deux en Inde depuis les dix dernières années, et cela ne fait que commencer…

Ces pays suivent le même mouvement que les états industrialisés depuis une quarantaine d’années où on note des pourcentages d’augmentation sur cette période de l’ordre de 400, voire 800 % ! Mais la crise de 2008-2009 a accéléré le processus de diminution de la consommation, entamé en 2007. Il faut savoir que le continent asiatique est le plus gourmand, suivi par l’Amérique du Nord et l’Europe. Les États-Unis, l’Union européenne, la Chine et la Russie consomment, quant à eux, plus de la moitié de l’électricité mondiale.

La France peut prendre exemple sur son voisin allemand

Cependant, parmi les pays développés, tous ne suivent pas la même tendance dans ce domaine. Si l’Allemagne est le bon élève de la classe européenne avec une diminution de la consommation de 16 % en quatre ans, la France peut prendre exemple : cette dernière n’a pas régressé, selon une étude publiée par l’université canadienne de Sherbrooke. Et d’autres chiffres sont aussi parlants : réduction du recours à l’électricité de 18 % au Japon, et de 16,5 % outre-Atlantique depuis cinq ans.

Pour faire réduire les quantités d’électricité utilisées, le Japon a décidé que la climatisation ne fonctionnerait pas à plein cet été. Quant à l’Allemagne, la fermeture de certaines de ses centrales nucléaires l’a depuis longtemps convaincue de faire attention à sa consommation, en même temps que de se tourner vers des énergies propres et renouvelables. En France, on pense d’ailleurs que la diminution du recours au nucléaire outre-Rhin a entraîné une augmentation de la production d’électricité à partir de charbon. Cette idée est fausse car ladite production est passée de 33 % en 1991 à 24 % en 2009.

Éteindre les lumières et les appareils non utilisés

Il existe donc bel et bien une « exception énergétique » française et les efforts fournis sont bien moindres que chez nos voisins. Et pourtant, ce sont des gestes simples, pas forcément contraignants, qui permettraient de diminuer de 15 % la consommation d’énergie électrique dans l’Hexagone : fermeture des lumières lorsqu’on quitte une pièce ou lorsque les bureaux sont vides le soir, extinction des appareils électriques en cas de non utilisation, etc. Nombre d’appareils, comme les ordinateurs ou les photocopieurs, fonctionnent ainsi la nuit, en vain. La consommation s’est finalement réduite du côté des réfrigérateurs et des lave-linge mais elle a été plus que compensée par l’augmentation de l’utilisation de l’électricité pour les ordinateurs ou téléviseurs. On pourrait même économiser jusqu’à 30 % sur sa facture, si les fabricants ne commercialisaient pas des appareils trop consommateurs ou dotés de systèmes de veille.

Ce contenu a été publié dans Electricité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *